59

 Réalisation: Arthur Hiller

Scénario: Israel Horovitz

Production: Irwin Winkler

Montage: William Reynolds

Photographie: Victor J. Kemper

Musique: Dave Grusin

Genre: comédie / drame

Année: 1982

Durée: 1h50

Résumé: Ivan Travalian est un auteur de pièces de théâtre à succès mais qui ces derniers à du mal à monter des projets. Alors qu'il arrive à produire sa dernière création il se voit plaqué du jour au landemain par sa femme Gloria, laquelle lui laisse sur les bras ses enfants de différents précédents mariage. En effet, celle-ci enchaîne les divorces à un rythme effrénés laissant toujours derrière elle sa progéniture. Sombrant dans la dépression, Ivan rencontre et tombe amoureux de l'actrice de sa nouvelle pièce mais il doit jongler entre cette liaison, son travail et le bien des enfants dont il a la garde.

1

Mon avis:

A l'origine du scénario inspiré par sa propre vie personnelle, l'auteur Israel Horovitz décide de proposer le projet à Al Pacino qu'il connaît depuis qu'ils eurent travailler ensemble quatorze ans plus tôt sur la pièce "The Indian wants the Bronx". Le comédien, fasciné par ses confrères comédiens naviguant entre leurs carrières et leurs vies de famille, accepta le projet avec beaucoup d'anthousiasme mais déchanta très vite du fait de la mauvaise relation qu'il aura sur le tournage avec le réalisateur choisit: Arthur Hiller.

"Parfois, des personnes qui ne sont pas fait pour travailler ensemle se retrouve à collaboré pendant une courte période. C'est regrettable pour toutes les parties concernées." - Al Pacino. 

Le film fut à la fois malmené par les critiques et un échec commercial lors de sa sortie, pourtant force est de reconnaître que le film possède pas mal de qualité. D'abord l'histoire qu'il nous conte à la fois pleine d'humour et de tendresse. Il aurait put être un drame familiale mais Israel Horovitz choisit, à raison selon moi, de la traité sous la forme d'une comédie. 

"Le film devait être écrit sous la forme d'une comédie car sinon c'est trop pénible à gérer." - Israel Horovitz. 

2

Je pense que c'est d'ailleurs de la façon très habile qu'elle a de combiné humour et émotion que cette oeuvre tire son meilleur parti. L'on est touché par la relation que Ivan entretien avec les enfants des précédents mariages de son épouse, un élément qui nous prouve d'ailleurs, comme le dit si bien Arthur Hiller, que c’est l’amour qui fait la force d’une famille, pas nécessairement les liens du sang. Le message est clair et fort et m'a plongé dans un flot d'émotions brillament mené. Al Pacino, que l'on n'a pas l'habitude de voir dans ce genre de rôle, livre ici présent une performance assez convaincante. 

L'humour ne manque pas non plus, tel la séquence particulière ou l'un des ex-mari de sa femme viens avec la police après que l'un des enfants ait fugué du domicile de son père biologique. Celui-ci d'ailleurs finira par conclure un accord avec Ivan et s'excuser de cet imbroglio: 

"Les ex-maris de Gloria n'ont pas à s'excuser pour quoi que ce soit. Nous formons un club" - Ivan Travalian.

3

En effet, cette dernière enchaîne les mariage selon sa philosophie de la vie qui fait que confirmer ce que Ivan à toujours refuser de voir, qu'elle est une personne nombriliste et égoïste, ne ce souciant guère de ses enfants et de la souffrance qu'elle inflige aux autres de par ses actions. 

La comédienne Tuesday Weld fait d'ailleurs merveille dans le rôle. Ce fut en premier lieu Dyan Cannon qui fut préssentit pour le rôle de Gloria mais l'actrice considérant le personnage comme une véritable "Ga.ce" refusa le rôle lui préférant celui de Alice Detroit, l'actrice principale de la nouvelle pièce d'Ivan et dont se dernier tombera amoureux.

Au niveau de la mise en scène rien a redire, elle est certes assez banale mais n'en demeure pas moins intelligente et permet aux spectateurs de facilement se plonger dans le film. Si "Avec les compliments de l'auteur" n'est ni le meilleur film de Hiller ni d'Al Pacino, il est cependant une belle réussite. Un moment agréable à passer en famille. Perso, je le recommande.