54

Résumé: 40 ans après avoir survécu aux crimes commis par le tueur en série Michael Myers, Laurie Strode ne souhaite qu'une seule chose, que ce dernier s'évade afin qu'elle puisse en finir une bonne fois pour toute avec lui. Mariée deux fois, Laurie s'est aliénée ses proches dont sa fille Karen, seule sa petite fille Alisson essaie de maintenir un lien avec elle. Mais tous bascule le jours où Michael s'évade lors de son transfert. Le face à face que Laurie à espéré pendant toutes ces années va enfin pouvoir avoir lieu.

30

Mon avis: L'ombre de John Carpenter plane de la première à la dernière minute sur ce "Halloween 2018" qui, bien qu'il n'invente rien de nouveau, à au moins le mérite de retrouver l'essence du premier film. David Gordon Green prend le partie d'ignorer toutes les suites (reboot de Rob Zombie compris) qui furent faites entre 1978 et 2018 et de reprendre 40 ans après les évènements survenu dans le film de Carpenter. En ce qui me concerne je trouve que la décision n'est pas mauvaise, dans la mesure en tout cas où aucun des opus et reboot ne m'avaient convaincu. Ici présent, plus aucun lien familial entre Laurie et Michael, ce fait est abordé mais comme une pure invention d'une tiers personnes pour embellir l'histoire de Laurie Strode.

31

L'on retrouve ici présent une Laurie Strode abîmée par la vie, loin de la jeune adolescente innocente qu'elle était en 1978. Toujours enfermé dans son traumatisme elle a, de part son attitude, fait fuir tous ceux qu'elle aime particulièrement sa fille Karen dont la garde lui a été retirée quand celle-ci était enfant et qui depuis garde ses distances avec elle. Jamie lee Curtis à su brillamment se rapproprier le personnage de Laurie Strode et lui apporter une toute nouvelle dimension psychologique. Je dirais que c'est en elle que réside le principal intérêt que j'ai trouvé en ce film. Je n'en attendais pas grand chose et en effet ce "Halloween 2018" n'a rien d'exceptionnel, mais retrouvé le personnage de Laurie 40 ans après les évènements survenu en 1978 en la personne de Jamie lee Curtis est vraiment un moment que je ne pouvais pas manquer.

32

Elle est d'ailleurs la seule à avoir su être à la hauteur dans ce nouvel opus qui, bien que sympathique, n'a rien de bien transcendant. Le film oscille entre suite et hommage, ne sachant pas vraiment quelle direction il doit prendre. David Gordon Green reprends les codes du genre ainsi que les éléments ayant fait la réussite du premier film mais ne cherche jamais vraiment à apporter quelque chose de nouveau. Les séquences s'enchaînent avec une certaine efficacité malgré la prévisibilité qui les caractérises. 

33

Clairement, ce "Halloween 2018" n'est pas un grand cru mais n'en reste pas moins, en ce qui me concerne du moins, la meilleure suite donné au premier film. Je n'ai pas aimé les films de Rob Zombie ni les autres films de la saga. Même le 2 (sortie en 1981) qui a une assez bonne réputation ne m'avais pas vraiment accroché. Alors oui, ce "H2018" n'est pas une grande réussite il n'en reste pas moins qu'il est le seul que j'ai apprécié. Bien entendu le film de John Carpenter reste le meilleur, une référence souvent imitée mais jamais égalée.

34

Une suite qui, bien que manquant clairement d'ambition, n'en reste pas moins digne d'intérêt. La performance de Jamie lee Curtis vaut à elle seule la peine de voir ce "Halloween 2018", en tout cas pour moi qui adore cette actrice depuis si longtemps maintenant que chacune de ses apparitions à l'écran (cinéma ou télé) est un moment a ne pas manquer. Si ce n'est pas votre cas, je ne recommande pas forcément ce film. En soit il n'a rien d'extraordinaire et en décevra plus d'un selon moi. Comme je n'en attendais rien je n'ai pas été spécialement déçut.